Jean-Pierre Aubin

Jean-Pierre Aubin a commencé ses recherches en 1961 en analyse numérique à Électricité de France (EDF), puis en économie mathématique et théorie des jeux. À la fin des années 1970, il a jeté les fondations de la théorie de la viabilité, en collaboration étroite avec Georges Haddad, Hélène Frankowska (en automatique) et Patrick Saint-Pierre (algorithmes et logiciels de viabilité) et d’autres chercheurs. Il a développé les applications en économie (retraites pour le commissariat général du plan), gestion dynamique des ressources renouvelables, de l'émission des gaz à effet de serre, de la gestion dynamique, performante et garantie, de portefeuilles, de réseaux de neurones (artificiels et biologiques), de formes (morphogenèse), etc., dans le cadre des sciences du vivant. Dans celui de l'automatique et de la robotique, la théorie de la viabilité a concerné la régulation de systèmes contrôlés, contingents, tychastiques et impulsionnels, soumis à des contraintes (de viabilité). Les concepts centraux, noyau de viabilité d'un environnement et bassin de capture viable d'une cible, introduits au milieu des années 1980, ont été étudiés mathématiquement, algorithmiquement et informatiquement, et sont déjà embarqués sur des véhicules autonomes pour rallier des cibles en évitant des obstacles. La théorie des multiplicateurs de viabilité permet quant à elle de corriger les dynamiques d'un système afin de rendre viable un environnement.

Groupe: